Le projet

Présentation

Donner à voir les sciences, le faire dans des espaces clairement destinés à l’usage d’un large public et au travers de dispositifs et artefacts dessinés à cette fin, n’est assurément pas neutre.

Les expositions universelles ou Uranias du 19e siècle, les musées des sciences tels le Deutsches Museum dans les années 1900, le Palais de la Découverte de l’entre-deux-guerres, les expositions Les atomes pour la paix des années 50 ou l’Exploratorium des années 1960 attestent chacun de la volonté de promouvoir une conception particulière des sciences et de leur rôle.

A l’origine de chacune de ces initiatives se trouvent des acteurs déterminés, mus par différentes convictions portée par des acteurs bien déterminés :  grandes figures de la science et de l’industrie du nouvel empire allemand à la fin du dix-neuvième siècle ;  scientifiques, administrateurs et hommes politiques  mobilisés pour la structuration de la recherche dans la France des années 1930 ; responsables d’Etat et militaires ;  physicien interdit par le maccarthysme.

La création de nouvelles structures, permanentes ou temporaires, pour montrer la science peut être considérée à la fois comme un reflet et un commentaire  des configurations institutionnelle, culturelle, politique  des sciences dans leur société.

Ce que nous faisons

Nous sommes un réseau de recherche international de chercheurs, professionnels  et conservateurs de musées intéressés par une étude historique et  transnationale des relations entre science, politiques scientifiques et vulgarisation.

Nous analysons l’intersection de ces trois champ d’activité à travers l’étude fine des artefacts mis en exposition et les arrangements spatiaux qui caractérisent les expositions et musées scientifiques, du début du dix-neuvième siècle à nos jours.

Pour cela nous nous appuyons sur les nouvelles approches développées en histoire des sciences, de la muséographie scientifique et de la vulgarisation, notamment le corpus consacré aux cultures visuelles et matérielles qui caractérisent le travail et la communication scientifiques, ainsi que celui consacré aux lieux de science ou encore à  l’histoire des techniques de mise en scène des objets scientifiques.

Le projet se donne également pour objectif de contribuer à élargir la focale historiographique au-delà des traditions nationales d’interprétation bien établies. Les dispositifs mobiles, tels que le planétarium conçu par la société Zeiss en 1924 pour le Deutsches Museum et exporté en France pour la première fois en 1937 pour être installé au Palais de la Découverte, peut par exemple permettre une analyse comparative des contenu, contexte et enjeux respectifs.

La période considérée intègre délibérément le très contemporain. Nous pensons en effet que l’intérêt croissant des communautés scientifiques envers leur patrimoine et sa mise en valeur, dont témoigne la multiplicité d’organisations récemment créées autour de ces questions (UMAC, UNIVERSEUM, …), doit être mis en regard des profonds bouleversements qui touchent aujourd’hui les communautés universitaires et de recherche. Tout laisse alors à penser que l’on doit voir dans cette concomitance entre opérations muséales scientifiques et restructuration de la recherche la manifestation contemporaine de la question que nous souhaitons étudier.

C’est pourquoi nous portons un intérêt particulier à la mise en dialogue entre la perspective historique et l’étude du contemporain, en incluant la réorganisation actuelle du paysage universitaire et la reconsidération conjointe des enjeux et valeurs associés au patrimoine scientifique et à l’exposition publique des sciences. Quels éclairages mutuels ressortent de cette confrontation ?

 

 

 

Les mises en scène des sciences et leurs enjeux. 19e – 21e siècles