Archives par mot-clé : Technique

Archéologie des médias : une collection « ordinaire »

Notre deuxième visite a eu lieu à proximité immédiate de l’institut de musicologie, en face de l’île des musées, au Medienarchäologischer Fundus, un local en demi sous-sol qui abrite la collection d’archéologie des médias.

Un reflet du Pergamon Museum sur la porte du Medienarchäologischer Fundus

L’archéologie des médias est un courant de recherche qui rassemble un certain nombre de chercheurs en media studies se désignant eux-mêmes comme « archéologues des médias ». Dans une approche influencée par l’archéologie du savoir de Michel Foucault et par la théorie des médias, ces chercheurs s’intéressent aux machines médiatiques (qui communiquent ou mémorisent) qu’ils cherchent, comme des archéologues, à exhumer en même temps que leur environnement social, culturel et économique Continuer la lecture de Archéologie des médias : une collection « ordinaire »

Les expositions universelles en France au XIXe siècle. Techniques Publics Patrimoines

Nous avons appris la publication très prochaine d’un ouvrage qui s’annonce prometteur. Nous la relayons en reproduisant ci-dessous les principaux éléments de la fiche de présentation de l’éditeur. Bonne lecture !

Les expositions universelles en France au XIXe siècle. Techniques Publics Patrimoines

Anne-Laure Carré, Marie-Sophie Corcy, Christiane Demeulenaere-Douyère et Liliane Hilaire-Pérez (dirs.)

CNRS Éditions, parution le 30/11/12

Si les expositions universelles sont au cœur de l’histoire des pratiques culturelles, elles sont aussi l’un des lieux de naissance de la technique comme utopie du progrès et de la modernité. Parce qu’elles favorisent des rapprochements entre le passé et l’avenir de l’humanité, entre les civilisations du monde, entre la diversité des productions humaines, elles promeuvent un universalisme de la technique. Dans un mouvement réflexif, la technique devient un savoir public, elle intéresse les visiteurs bien au-delà des cercles professionnels. Nouvelle mythologie, elle acquiert une valeur d’identifiant national et le statut de lieu de mémoire. Et pourtant, qu’en est-il, au milieu du xixe siècle et dans le demi-siècle qui suit, des espoirs libéraux et saint-simoniens mis dans l’industrie, à l’heure où l’autonomisation de la technique et les logiques émancipatrices qui lui étaient associées plient sous l’emprise d’une division du travail dont le sens se fait de plus en plus aliénant ? Qu’en est-il aussi de l’admiration pour la technique, alors que s’affirment l’hégémonie des beaux-arts et la sacralisation de l’artiste comme figure du génie ? En lien, quelle place est faite au patrimoine technique éphémère des expositions universelles ?

C’est l’intérêt de ce volume de restituer la complexité des discours, des intentions et des perceptions autour de la technique et de la modernité dans la société française de la seconde moitié du xixe siècle. Cinq thèmes structurent l’ouvrage : les représentations, l’innovation et les savoirs techniques, les produits nouveaux et les stratégies de valorisation, les publics des expositions, le patrimoine technique des expositions.