Les mises en scène des sciences et leurs enjeux. 19e-21e siècle (français)

Voir le programme

Le colloque proposé prend appui sur une série de manifestations organisées depuis 2012 dans le cadre d’un projet collectif international initialement soutenu par Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Allemagne (CIERA) : le projet Matières à penser. Les mises en scène des sciences et leurs enjeux, 19e-21e siècles.[1]

Donner à voir les sciences, le faire dans des espaces clairement destinés à l’usage d’un large public et au travers de dispositifs et artefacts dessinés à cette fin, n’est assurément pas neutre.

Les expositions universelles ou Uranias du 19e siècle, les musées des sciences tels le Deutsches Museum dans les années 1900, le Palais de la Découverte de l’entre-deux-guerres, ou l’Exploratorium des années 1960 attestent chacun de la volonté de promouvoir une conception particulière des sciences et de leur rôle, portée par des acteurs bien déterminés : grandes figures de la science et de l’industrie du nouvel empire allemand ; acteurs de la structuration de la recherche dans la France des années 1930 ; physicien interdit par le maccarthysme. La création de nouvelles structures, permanentes ou temporaires, pour montrer les sciences correspond à chaque fois une configuration bien spécifique qui implique la plupart du temps scientifiques, pouvoirs publics, vulgarisateurs, professionnels des musées et des expositions, médias et les publics divers qui les visitent. Stratégies délibérées ou mises en œuvre révélatrices, les mises en scène des sciences tout à la fois signalent et contribuent à construire les rapports entre ces différents groupes d’acteurs.

Ce projet se focalise ainsi sur l’analyse de l’articulation entre sciences, politique de la science et vulgarisation. Au-delà de l’affirmation que ces trois dimensions ont clairement partie liée, ce qui n’a pas suffisamment été pris en compte, l’originalité de la démarche réside également dans le choix des sources mobilisées en priorité : les artefacts, dispositifs, architectures… considérés comme la matérialisation, à un moment donné, d’une conception des sciences et de leurs rôles (social, culturel, économique et politique). Ainsi nous nous intéressons moins à l’histoire des institutions ou des politiques de la science et de sa communication qu’au produit des rapports de force en jeu, sans ignorer les difficultés, ambiguïtés et incertitudes que chaque mise en scène spécifique implique. Bien que les musées et expositions soient les cas les plus fréquemment abordés dans cette recherche, il importe de garder à l’esprit que les « mises en scène » des sciences peuvent se faire de multiples manières et que, par exemple, l’architecture, le cinéma, voire les récits sous toutes leurs formes y contribuent. De la même manière rien ne paraît justifier d’exclure a priori les sciences sociales de l’interrogation. Bien au contraire, contraster les styles et problématiques spécifiques à chacune de ces formes ou chacun de ces champs disciplinaires nous semble à même d’aider à la compréhension des phénomènes en jeu. Il est également essentiel d’aborder cette question dans une perspective transnationale, qui permet de comparer les différentes traditions nationales au moment où certaines évolutions et politiques publiques se décident désormais à un niveau européen ou international. Comment par exemple les sciences sont-elles intégrées à des dispositifs de vulgarisation et de patrimonialisation dans des contextes nationaux qui conçoivent de manière radicalement différente le « patrimoine », « heritage », « Kulturerbe » ou « patrimonio » ?

Le colloque a pour volonté d’inscrire les questionnements très contemporains liés aux mutations profondes qui affectent actuellement les institutions de recherche, d’enseignement supérieur et de médiation des sciences dans une perspective historique longue (19e et 20e siècles). On assiste par exemple à l’heure actuelle à un intérêt croissant des communautés scientifiques envers leur patrimoine et sa mise en valeur, comme en témoigne la multiplicité d’organisations récemment créées autour de ces questions. Cet intérêt croissant doit être mis en regard des profonds bouleversements qui touchent aujourd’hui les communautés universitaires et de recherche. Tout laisse alors à penser que l’on doit voir dans cette concomitance entre opérations muséales universitaires et restructuration de la recherche la manifestation contemporaine de la question que nous nous proposons d’étudier.

Pour toutes ces raisons, ce colloque est interdisciplinaire, rassemblant des commissaires d’expositions, des spécialistes de l’histoire des collections et des musées, des historiens des sciences et du design, des historiens de la culture, des spécialistes des politiques publiques de la recherche et de la vulgarisation présentes et passées. Les différentes sessions du colloque devraient permettre d’explorer ces questions soit sous la forme de panorama et de manière comparative sur une longue période, soit sous l’angle d’un ensemble d’études de cas localisées, très concrètes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les mises en scène des sciences et leurs enjeux. 19e – 21e siècles