Prochaine séance du séminaire Voir/Savoir: La mise en scène des sciences aujourd’hui: l’historien(ne) des sciences face au patrimoine universitaire et sa valorisation

le 28 mars 2013 de 9h30 à 12h30

au Centre Alexandre Koyré, salle de séminaire du 5e étage, 27, rue Damesme (fond de la cour), Paris 13e, métro Tolbiac

  • Sébastien Soubiran (Université de Strasbourg)

Au cours des vingt dernières années, l’intérêt des universités pour leur patrimoine, et en particulier pour leurs collections, n’a cessé de croître. De leur sauvegarde à leur valorisation, de nombreuses actions ont été entreprises qui s’inscrivent bien souvent dans le cadre d’une politique culturelle plus large des universités, visant tant à leur ouverture vers la cité qu’à un travail à vocation interne en direction leurs étudiants et leurs personnels.

L’histoire des sciences peut-elle nous aider à interpréter ces mouvements ? Peuvent-ils être mis en regard avec les changements récents ou en cours concernant les modes de gouvernance de l’enseignement supérieur et de la recherche ?

Pour discuter de ces questions, nous recevrons deux historiens des sciences, en fonction dans deux universités fortement engagées dans les actions culturelles et patrimoniales:

David Aubin est professeur en Histoire des Sciences à l’université Pierre et Marie Curie ; il est l’un des animateurs de l’Atelier Sciences-Histoire-Cité de l’UPMC.

Sébastien Soubiran est docteur en Histoire des Sciences et directeur-adjoint du Jardin des Sciences à l’université de Strasbourg ; il est secrétaire et membre fondateur du réseau UNIVERSEUM.

Prochaine séance du séminaire Voir/Savoir: La mise en scène des corps et des savoirs sur le corps

28 février 2013, de 9h30 à 12h30

au Centre Alexandre Koyré, salle de séminaire du 5e étage, 27, rue Damesme (fond de la cour), Paris 13e, métro Tolbiac

  • Jonathan Simon (Université Lyon 1/Université de Strasbourg): Comment tirer profit de la virtuosité anatomique – les parcours extraordinaires de von Hagens et de Fragonard.

L’anatomie humaine reste un domaine à part dans l’éducation scientifique, notamment quand il s’agit de la dissection des cadavres et des produits de ce processus. La présentation des préparations humaines ‘authentiques’ est toujours accompagnée d’un soupçon qui pèse sur l’institution ou sur les personnes responsables, et ce plus particulièrement quand le grand public est visé. Quelles sont les vraies motivations de ces expositions – profit, sensationnalisme ? L’enthousiasme qu’a montré le public dans les vingt dernières années pour les grands spectacles anatomiques comme Bodyworlds ou A Corps Ouvert souligne la nature à la fois taboue et attirante de l’être humain anatomisé. Mais que voit-on dans ce genre d’exposition ? Si nous prenons les ‘plastinates’ de Günther von Hagens et de ses imitateurs comme nos exemples, nous pouvons même poser la question de l’authenticité. Le processus qui transforme le cadavre en plastinate implique un remplacement du matériel organique par les polymères, et son utilité comme préparation dépend en grande partie du taux de remplacement. Pourquoi ces explorations de l’anatomie humaine posent-elles de tels problèmes pour notre société contemporaine ? Notre présentation sera structurée autour de cette question et elle mettra en relation la multiplicité de moyens de visualiser l’anatomie humaine.

Rafael Mandressi (Centre Alexandre Koyré) commentera l’intervention de Jonathan Simon.

Cette séance sera animée par Andrée Bergeron (Centre Alexandre Koyré).

Prochaine séance du séminaire Voir/Savoir: La mise en scène des sciences aujourd’hui: expositions récentes

Le 24 janvier 2013, de 9h30 à 12h30

  • Martha Fleming (Londres), Making Split + Splice. Fragments from the age of biomedicine (Medical Museion, Copenhague, juin – décembre 2009)
  • Jochen Hennig (Université Humboldt de Berlin), Making Weltwissen. 300 Jahren Wissenschaften in Berlin (Martin Gropius Bau, Berlin, septembre 2010 – janvier 2011)

ATTENTION CHANGEMENT DE SALLE: le séminaire aura lieu à l’EHESS, salle JP Vernant (8e étage), 190 Avenue de France, Paris 13e (métro Quai de la Gare)

Liens utiles :

Exposition Split + Splice

  • http://www.museion.ku.dk/2009/07/split-splice/
  • http://www.museion.ku.dk/2010/10/the-splitsplice-exhibition-at-medical-museion-receives-the-dibner-award-for-excellence-in-museum-exhibits-2010/
  • http://www.marthafleming.net/split-and-splice/

Exposition Weltwissen

  • http://www.weltwissen-berlin.de/index.php/Ueberblick_Dokumentation.html
  • http://www.factsandfiles.com/index.php?id=649&L=1

prochaine séance du séminaire Voir/Savoir. Manières de voir et représentations visuelles dans les sciences

Marianne Sommer (Université de Lucerne): « Creative Education, Charles Knight, Henry Fairfield Osborn and the Visualisation of Evolutionary History at the American Museum of Natural History »

le 14 décembre 2012 de 13h à 15h à l’EHESS, 90 avenue de France, Salle 2
Séance commune avec le séminaire « Histoire des sciences de l’homme et de la société »

Les expositions universelles en France au XIXe siècle. Techniques Publics Patrimoines

Nous avons appris la publication très prochaine d’un ouvrage qui s’annonce prometteur. Nous la relayons en reproduisant ci-dessous les principaux éléments de la fiche de présentation de l’éditeur. Bonne lecture !

Les expositions universelles en France au XIXe siècle. Techniques Publics Patrimoines

Anne-Laure Carré, Marie-Sophie Corcy, Christiane Demeulenaere-Douyère et Liliane Hilaire-Pérez (dirs.)

CNRS Éditions, parution le 30/11/12

Si les expositions universelles sont au cœur de l’histoire des pratiques culturelles, elles sont aussi l’un des lieux de naissance de la technique comme utopie du progrès et de la modernité. Parce qu’elles favorisent des rapprochements entre le passé et l’avenir de l’humanité, entre les civilisations du monde, entre la diversité des productions humaines, elles promeuvent un universalisme de la technique. Dans un mouvement réflexif, la technique devient un savoir public, elle intéresse les visiteurs bien au-delà des cercles professionnels. Nouvelle mythologie, elle acquiert une valeur d’identifiant national et le statut de lieu de mémoire. Et pourtant, qu’en est-il, au milieu du xixe siècle et dans le demi-siècle qui suit, des espoirs libéraux et saint-simoniens mis dans l’industrie, à l’heure où l’autonomisation de la technique et les logiques émancipatrices qui lui étaient associées plient sous l’emprise d’une division du travail dont le sens se fait de plus en plus aliénant ? Qu’en est-il aussi de l’admiration pour la technique, alors que s’affirment l’hégémonie des beaux-arts et la sacralisation de l’artiste comme figure du génie ? En lien, quelle place est faite au patrimoine technique éphémère des expositions universelles ?

C’est l’intérêt de ce volume de restituer la complexité des discours, des intentions et des perceptions autour de la technique et de la modernité dans la société française de la seconde moitié du xixe siècle. Cinq thèmes structurent l’ouvrage : les représentations, l’innovation et les savoirs techniques, les produits nouveaux et les stratégies de valorisation, les publics des expositions, le patrimoine technique des expositions.

 

Matières à Penser

Le carnet accompagne le déroulement d’un projet dont le but est de poser les premiers jalons, franco-allemands, d’un groupe de recherche pour une étude historique et transnationale des rapports entre sciences, politique de la science et vulgarisation.
Au-delà de l’affirmation que ces trois dimensions ont clairement partie liée (ce que la littérature n’a pas suffisamment pris en compte), l’originalité de la démarche réside aussi dans le choix des sources mobilisées en priorité : les artefacts, expositions et musées de sciences. Enfin, le projet se distingue par l’ambition de créer un dialogue entre la dimension historique (19e et 20 siècles) et des questionnements très contemporains.
Le projet Matières à penser a été retenu dans le cadre du dernier appel à projet du Ciera. Les deux principaux partenaires sont
– le Centre Alexandre Koyré, Paris
– la Humboldt Universität zu Berlin

Les mises en scène des sciences et leurs enjeux. 19e – 21e siècles