Archives de catégorie : Non sans rapport

How to write an urban history of science: New approaches and case studies, Barcelona 6 June 2014

Nous avons le plaisir de relayer l’annonce du Third Watson Seminar in the Material and Visual History of Science, organisé cette année par nos collègues Oliver Hochadel et Agustì Nieto-Galan du CEHIC (Universitat Autònoma de Barcelona).

Le thème n’est pas sans rapport avec celui de notre prochain atelier sur L’inscription spatiale des sciences et ses enjeux puisque la question choisie cette année est la suivante: How to write an urban history of science: New approaches and case studies.

Le programme est consultable ici et en voici la présentation.

In recent years the modern city as a specific place of scientific (as well as medical and technological) practices has attracted a fair amount of interest among historians of science. Yet following this “urban turn” much remains to be explored. The lion’s share of the research on science and the city (in the formative period around 1900) has focused on the metropolis (London, Paris, Berlin etc.). Yet what about “second cities” such as Barcelona, Hamburg, Glasgow, Athens, Lisbon and so on? Continuer la lecture de How to write an urban history of science: New approaches and case studies, Barcelona 6 June 2014

Les images de la science : conférences dessinées

Le lundi 7 avril à partir de 19 heures au Centre Pompidou, trois « conférences dessinées » auront lieu sur le thème Les images de la science. Il y sera notamment question de médiation scientifique par l’image et des planétariums, de culture visuelle et de culture scientifique.
Voici quelques éléments de programme (qui indiquent la participation de Charlotte Bigg…)
Plus d’informations sur le site du Centre Georges Pompidou ou sur la page Facebook de l’événement.
Comment interroger l’imagerie scientifique ? Quels sont les enjeux de la représentation dans les sciences sociales ? A l’occasion de la sortie de son huitième numéro, la revue Poli – Politique de l’Image interroge les relations qui se tissent entre images et sciences au cours de trois conférences dessinées.
La première portera sur la médiation scientifique par les images, la seconde interrogera la data-visualisation et la production d’images par les scientifiques. Enfin, une troisième conférence réunira nos invités pour débattre des enjeux des Visual Studies dans les sciences.

  • Du planétarium à la bande-dessinée : la médiation des savoirs
    Laurence Bordenave – Charlotte Bigg
  • Quand le chercheur devient producteur d’images
    Antonio Casilli – Maxime Boidy
  • Culture visuelle et culture scientifique : les enjeux des études visuelles.
    Laurence Bordenave – Charlotte Bigg – Antonio Casilli – Maxime Boidy
Petite salle – Centre Pompidou, Paris
Organisateur : BPI / Lire le monde – Développement culturel, I. Bastian-Dupleix

Montrer, démontrer la préhistoire

Ci-dessous l’annonce de deux journées d’étude consacrées à l’histoire de la mise en musée et en exposition du préhistorique en Europe et co-organisées par José Lanzarote.

Journées d’études
LABEX HASTEC

Montrer, démontrer la préhistoire :
La construction du préhistorique dans les musées et expositions en Europe : XIXème – XXeme Siècle

12-13 Septembre 2013

Amphithéâtre de l’Institut de Paléontologie Humaine
Fondation Albert Ier de Monaco
1, rue René Panhard
75013 Paris

Continuer la lecture de Montrer, démontrer la préhistoire

Les expositions universelles en France au XIXe siècle. Techniques Publics Patrimoines

Nous avons appris la publication très prochaine d’un ouvrage qui s’annonce prometteur. Nous la relayons en reproduisant ci-dessous les principaux éléments de la fiche de présentation de l’éditeur. Bonne lecture !

Les expositions universelles en France au XIXe siècle. Techniques Publics Patrimoines

Anne-Laure Carré, Marie-Sophie Corcy, Christiane Demeulenaere-Douyère et Liliane Hilaire-Pérez (dirs.)

CNRS Éditions, parution le 30/11/12

Si les expositions universelles sont au cœur de l’histoire des pratiques culturelles, elles sont aussi l’un des lieux de naissance de la technique comme utopie du progrès et de la modernité. Parce qu’elles favorisent des rapprochements entre le passé et l’avenir de l’humanité, entre les civilisations du monde, entre la diversité des productions humaines, elles promeuvent un universalisme de la technique. Dans un mouvement réflexif, la technique devient un savoir public, elle intéresse les visiteurs bien au-delà des cercles professionnels. Nouvelle mythologie, elle acquiert une valeur d’identifiant national et le statut de lieu de mémoire. Et pourtant, qu’en est-il, au milieu du xixe siècle et dans le demi-siècle qui suit, des espoirs libéraux et saint-simoniens mis dans l’industrie, à l’heure où l’autonomisation de la technique et les logiques émancipatrices qui lui étaient associées plient sous l’emprise d’une division du travail dont le sens se fait de plus en plus aliénant ? Qu’en est-il aussi de l’admiration pour la technique, alors que s’affirment l’hégémonie des beaux-arts et la sacralisation de l’artiste comme figure du génie ? En lien, quelle place est faite au patrimoine technique éphémère des expositions universelles ?

C’est l’intérêt de ce volume de restituer la complexité des discours, des intentions et des perceptions autour de la technique et de la modernité dans la société française de la seconde moitié du xixe siècle. Cinq thèmes structurent l’ouvrage : les représentations, l’innovation et les savoirs techniques, les produits nouveaux et les stratégies de valorisation, les publics des expositions, le patrimoine technique des expositions.