Archives de catégorie : Billets

Conférence finale : Les mises en scène des sciences et leurs enjeux (19e-21e siècles)

La conférence finale du projet Matière à penser aura lieu

du 5 au 7 mai 2015
à L’Institut historique allemand
8 rue du Parc-Royal 75003 Paris

Affiche FR

Entrée libre mais inscription préalable indispensable : matapmai2015@gmail.com Continuer la lecture de Conférence finale : Les mises en scène des sciences et leurs enjeux (19e-21e siècles)

Final conference : les mises en scène des sciences et leurs enjeux 19e-21e siècle

The final conference of  Matière à penser  will take place

5 – 7 May 2015
at the
Institut historique allemand
8 rue du Parc-Royal 75003 Paris

Affiche UK

Entrance is free but prior registration is required at : matapmai2015@gmail.com Continuer la lecture de Final conference : les mises en scène des sciences et leurs enjeux 19e-21e siècle

Tales from the Crypt: Museum Storage and Meaning

Displaying university storage.
Displaying university storage. Exhibition « Ich sehe wunderbare Dinge », Museum Giersch, 19. Oktober 2014 – 8. Februar 2015 »100 Jahre Sammlungen der Goethe-Universität«

Call for Publications

Museums are about display. But are they really? In spite of recent curatorial attempts to exhibit ‘visible storage’, prevailing debates in the history of museums and collecting are mainly centred around questions of exhibiting, display and spectatorship. This kind of discourse, however, distorts the museum in many ways: it ignores the fact that museums do not just consist of exhibition halls but of vast hidden spaces; it leaves millions of objects out of our museum histories; and lastly, it presents the museum as an organized and stable space, in which only museological ‘results’ are visible not the intermediate stage of their coming into being. Display seems to be about the structured, purposeful, strategic gathering of things according to a system, the features of which are clearly defined. What remains out of sight is the fact that the majority of museum objects lie in storage.

Continuer la lecture de Tales from the Crypt: Museum Storage and Meaning

The making of Ghost – Austellung, Berlin

THE MAKING OF … GHOSTS.

Stimmen und Erscheinungen in Archiven des Ersten Weltkriegs

Eine Installation von Britta Lange und Philip Scheffner mit Tonaufnahmen u.a. aus dem Lautarchiv der Humboldt-Universität, präsentiert vom Hermann von Helmholtz-Zentrum für Kulturtechnik der Humboldt-Universität zu Berlin.

Tieranatomisches Theater, Humboldt-Universität zu Berlin, Campus Nord, Philippstr. 12/13, Haus 3, 10115 Berlin www.kulturtechnik.hu-berlin.de/tat

Laufzeit: 10. Mai bis 9. August 2014
Öffnungszeiten: Dienstag bis Samstag, 14-18 Uhr. Der Eintritt zur Ausstellung ist frei.

Die Videos und Tonaufnahmen der Installation werden in englischer Sprache präsentiert. Es liegen Begleittexte in Deutsch und Englisch aus.

Die Ausstellung wurde durch den Hauptstadtkulturfonds in Berlin gefördert.

Historischer Hintergrund des Ausstellungsprojektes

Zur Zeit des Ersten Weltkriegs wird das Osmanische Reich zum Bündnispartner des Deutschen Reichs. Der Islam wird als wichtige strategische Waffe gegen Frankreich, England und Russland definiert. Die muslimischen Soldaten aus den Armeen Englands, Frankreichs und Russlands werden dazu aufgefordert, die Seiten zu wechseln und gemeinsam mit dem Osmanischen Reich und seinem Bündnispartner Deutschland gegen die Feinde des Islam in den Krieg zu ziehen. Als Teil der Djihad-Strategie werden gefangen genommene Muslime zusammen mit indischen und nordafrikanischen Soldaten der Armeen Frankreichs und Englands in deutschen Sonderlagern interniert. Diese so genannten „Kolonialsoldaten“ sollen zu Aufständen gegen ihre Kolonialherren bewegt werden. Continuer la lecture de The making of Ghost – Austellung, Berlin

Archéologie des médias : une collection « ordinaire »

Notre deuxième visite a eu lieu à proximité immédiate de l’institut de musicologie, en face de l’île des musées, au Medienarchäologischer Fundus, un local en demi sous-sol qui abrite la collection d’archéologie des médias.

Un reflet du Pergamon Museum sur la porte du Medienarchäologischer Fundus

L’archéologie des médias est un courant de recherche qui rassemble un certain nombre de chercheurs en media studies se désignant eux-mêmes comme « archéologues des médias ». Dans une approche influencée par l’archéologie du savoir de Michel Foucault et par la théorie des médias, ces chercheurs s’intéressent aux machines médiatiques (qui communiquent ou mémorisent) qu’ils cherchent, comme des archéologues, à exhumer en même temps que leur environnement social, culturel et économique Continuer la lecture de Archéologie des médias : une collection « ordinaire »

Les archives sonores de Berlin / Das Berliner Lautarchiv

Les collections constituées au fil du temps par les universités sont très diverses. Certaines sont anciennes et intimement liées au développement de disciplines (comme les collections d’histoire naturelle, de minéraux, etc.) tandis que d’autres, de développement souvent plus récent (comme les collections d’instruments anciens), témoignent davantage de l’extension contemporaine de l’intérêt porté par les communautés savantes envers leur patrimoine. Si toutes les collections constituent des objets pertinents pour les sciences humaines, certaines d’entre elles moins étudiées car moins fréquentes ou moins institutionnalisées, peuvent offrir de bonnes prises pour enrichir la réflexion sur les articulations entre savoirs et patrimoines.

C’est le cas de celles dont Jochen Hennig, qui assure la coordination des collections de l’université Humboldt, nous avait proposé la visite en guise de préambule très concret au séminaire International perspectives in the history of science museums and exhibitions qui s’est déroulé en mai dernier à Berlin.

Nous avons ainsi débuté nos journées par la découverte des  « archives sonores » (Lautarchiv) de l’université, abritées par l’Institut de musicologie.

En entrant dans l'Institut de Musicologie
En entrant dans l’Institut de Musicologie

Continuer la lecture de Les archives sonores de Berlin / Das Berliner Lautarchiv

Montrer, démontrer la préhistoire

Ci-dessous l’annonce de deux journées d’étude consacrées à l’histoire de la mise en musée et en exposition du préhistorique en Europe et co-organisées par José Lanzarote.

Journées d’études
LABEX HASTEC

Montrer, démontrer la préhistoire :
La construction du préhistorique dans les musées et expositions en Europe : XIXème – XXeme Siècle

12-13 Septembre 2013

Amphithéâtre de l’Institut de Paléontologie Humaine
Fondation Albert Ier de Monaco
1, rue René Panhard
75013 Paris

Continuer la lecture de Montrer, démontrer la préhistoire

Prochaine séance du séminaire Voir/Savoir: La mise en scène des sciences dans les dispositifs immersifs: le cas de l’astronomie (XVIII – XXIe siècles)

11 avril 2013, de 9h30 à 12h30

au Centre Alexandre Koyré, salle de séminaire du 5e étage, 27, rue Damesme (fond de la cour), Paris 13e, métro Tolbiac

Cette séance sera, pour cette année,  la dernière à s’inscrire  dans le cadre du projet collectif Matières à penser. Les mises en scène des sciences et leurs enjeux, XIXe-XXIe siècles (projet formation-recherche du CIERA coordonné par Andrée Bergeron et Charlotte Bigg)

Prochaine séance du séminaire Voir/Savoir: La mise en scène des sciences aujourd’hui: l’historien(ne) des sciences face au patrimoine universitaire et sa valorisation

le 28 mars 2013 de 9h30 à 12h30

au Centre Alexandre Koyré, salle de séminaire du 5e étage, 27, rue Damesme (fond de la cour), Paris 13e, métro Tolbiac

  • Sébastien Soubiran (Université de Strasbourg)

Au cours des vingt dernières années, l’intérêt des universités pour leur patrimoine, et en particulier pour leurs collections, n’a cessé de croître. De leur sauvegarde à leur valorisation, de nombreuses actions ont été entreprises qui s’inscrivent bien souvent dans le cadre d’une politique culturelle plus large des universités, visant tant à leur ouverture vers la cité qu’à un travail à vocation interne en direction leurs étudiants et leurs personnels.

L’histoire des sciences peut-elle nous aider à interpréter ces mouvements ? Peuvent-ils être mis en regard avec les changements récents ou en cours concernant les modes de gouvernance de l’enseignement supérieur et de la recherche ?

Pour discuter de ces questions, nous recevrons deux historiens des sciences, en fonction dans deux universités fortement engagées dans les actions culturelles et patrimoniales:

David Aubin est professeur en Histoire des Sciences à l’université Pierre et Marie Curie ; il est l’un des animateurs de l’Atelier Sciences-Histoire-Cité de l’UPMC.

Sébastien Soubiran est docteur en Histoire des Sciences et directeur-adjoint du Jardin des Sciences à l’université de Strasbourg ; il est secrétaire et membre fondateur du réseau UNIVERSEUM.

Prochaine séance du séminaire Voir/Savoir: La mise en scène des corps et des savoirs sur le corps

28 février 2013, de 9h30 à 12h30

au Centre Alexandre Koyré, salle de séminaire du 5e étage, 27, rue Damesme (fond de la cour), Paris 13e, métro Tolbiac

  • Jonathan Simon (Université Lyon 1/Université de Strasbourg): Comment tirer profit de la virtuosité anatomique – les parcours extraordinaires de von Hagens et de Fragonard.

L’anatomie humaine reste un domaine à part dans l’éducation scientifique, notamment quand il s’agit de la dissection des cadavres et des produits de ce processus. La présentation des préparations humaines ‘authentiques’ est toujours accompagnée d’un soupçon qui pèse sur l’institution ou sur les personnes responsables, et ce plus particulièrement quand le grand public est visé. Quelles sont les vraies motivations de ces expositions – profit, sensationnalisme ? L’enthousiasme qu’a montré le public dans les vingt dernières années pour les grands spectacles anatomiques comme Bodyworlds ou A Corps Ouvert souligne la nature à la fois taboue et attirante de l’être humain anatomisé. Mais que voit-on dans ce genre d’exposition ? Si nous prenons les ‘plastinates’ de Günther von Hagens et de ses imitateurs comme nos exemples, nous pouvons même poser la question de l’authenticité. Le processus qui transforme le cadavre en plastinate implique un remplacement du matériel organique par les polymères, et son utilité comme préparation dépend en grande partie du taux de remplacement. Pourquoi ces explorations de l’anatomie humaine posent-elles de tels problèmes pour notre société contemporaine ? Notre présentation sera structurée autour de cette question et elle mettra en relation la multiplicité de moyens de visualiser l’anatomie humaine.

Rafael Mandressi (Centre Alexandre Koyré) commentera l’intervention de Jonathan Simon.

Cette séance sera animée par Andrée Bergeron (Centre Alexandre Koyré).

Prochaine séance du séminaire Voir/Savoir: La mise en scène des sciences aujourd’hui: expositions récentes

Le 24 janvier 2013, de 9h30 à 12h30

  • Martha Fleming (Londres), Making Split + Splice. Fragments from the age of biomedicine (Medical Museion, Copenhague, juin – décembre 2009)
  • Jochen Hennig (Université Humboldt de Berlin), Making Weltwissen. 300 Jahren Wissenschaften in Berlin (Martin Gropius Bau, Berlin, septembre 2010 – janvier 2011)

ATTENTION CHANGEMENT DE SALLE: le séminaire aura lieu à l’EHESS, salle JP Vernant (8e étage), 190 Avenue de France, Paris 13e (métro Quai de la Gare)

Liens utiles :

Exposition Split + Splice

  • http://www.museion.ku.dk/2009/07/split-splice/
  • http://www.museion.ku.dk/2010/10/the-splitsplice-exhibition-at-medical-museion-receives-the-dibner-award-for-excellence-in-museum-exhibits-2010/
  • http://www.marthafleming.net/split-and-splice/

Exposition Weltwissen

  • http://www.weltwissen-berlin.de/index.php/Ueberblick_Dokumentation.html
  • http://www.factsandfiles.com/index.php?id=649&L=1

Matières à Penser

Le carnet accompagne le déroulement d’un projet dont le but est de poser les premiers jalons, franco-allemands, d’un groupe de recherche pour une étude historique et transnationale des rapports entre sciences, politique de la science et vulgarisation.
Au-delà de l’affirmation que ces trois dimensions ont clairement partie liée (ce que la littérature n’a pas suffisamment pris en compte), l’originalité de la démarche réside aussi dans le choix des sources mobilisées en priorité : les artefacts, expositions et musées de sciences. Enfin, le projet se distingue par l’ambition de créer un dialogue entre la dimension historique (19e et 20 siècles) et des questionnements très contemporains.
Le projet Matières à penser a été retenu dans le cadre du dernier appel à projet du Ciera. Les deux principaux partenaires sont
– le Centre Alexandre Koyré, Paris
– la Humboldt Universität zu Berlin