Archéologie des médias : une collection « ordinaire »

Notre deuxième visite a eu lieu à proximité immédiate de l’institut de musicologie, en face de l’île des musées, au Medienarchäologischer Fundus, un local en demi sous-sol qui abrite la collection d’archéologie des médias.

Un reflet du Pergamon Museum sur la porte du Medienarchäologischer Fundus

L’archéologie des médias est un courant de recherche qui rassemble un certain nombre de chercheurs en media studies se désignant eux-mêmes comme « archéologues des médias ». Dans une approche influencée par l’archéologie du savoir de Michel Foucault et par la théorie des médias, ces chercheurs s’intéressent aux machines médiatiques (qui communiquent ou mémorisent) qu’ils cherchent, comme des archéologues, à exhumer en même temps que leur environnement social, culturel et économique (voir par exemple ici pour une présentation à la fois succincte et précise). Ces recherches se sont en grande partie développées en lien étroit avec l’histoire de l’art, une des question soulevée étant la pérennité (matérielle et intellectuelle) des œuvres d’art qui, depuis plusieurs décennies, font largement appel à ces machines médiatiques et au numérique. Wolfgang Ernst, titulaire de la chaire de théorie des médias de l’université Humboldt est l’un de ces chercheurs.

Medien Fundus13La collection est née en lien avec la mise en place d’un cursus de media studies à l’université Humboldt en 2003, conjointement à la mise en place d’un Théâtre des médias et d’un Laboratoire du signal. Il s’agissait ainsi de permettre aux étudiants et aux enseignants d’avoir un contact matériel et non seulement livresque avec les médias technologiques, qui sont ceux auxquels l’équipe berlinoise s’intéresse plus particulièrement. Comme souligne Wolfgang Ernst  (voir ici une interview en anglais), une des particularités du Medienarchäologischer Fundusteachers est qu’ici « enseignants et étudiants sont autorisés à toucher et mettre en œuvre [les specimens] – ce qui constitue habituellement une limite pour les conservateurs et les visiteurs des musées des techniques. »

Medien Fundus07

Le Medienarchäologischer Fundus rassemble ainsi un ensemble d’artefacts mécaniques et électromécaniques tels qu’ils se sont développés au cours du temps et qui, pour reprendre l’expression de ses concepteurs, permettent l’examen des technologies de ces « médias morts ». On y trouve aussi quelques exemplaires de revues, brochures, plaquettes relatives à ces autrefois nouvelles technologies, comme ici ce guide de fabrication d’une ondioline (pour en savoir davantage voir ici et pour écouter c’est ).

Medien Fundus12

Par rapport au sujet qui nous rassemblait lors du séminaire on peut remarquer plusieurs choses.

Tout d’abord cette collection, comme d’autres collections très classiques et très anciennes des universités, est née du besoin de documenter matériellement la recherche et, ici peut-être surtout, l’enseignement. Se confronter à la matérialité de l’objet sur lequel porte le savoir c’est ce que font, par exemple, les apprentis géologues qui en travaux dirigés touchent les roches, tentent de les rayer pour en mesurer la dureté, voire les goûtent – bref, mettent à profit les collections de pétrographie et de minéralogie pour ne pas se cantonner à un savoir livresque. C’est dans un but similaire, pour permettre aux étudiants en histoire de l’Art et en Archéologie de « percevoir la réalité d’une sculpture », qu’ont été créées les collections de moulages universitaires au 19e siècle, comme par exemple celle que l’on peut aujourd’hui voir dans le Musée des moulages de l’université Paul Valéry de Montpellier.

Medien Fundus03La collection du Medienarchäologischer Fundus est aussi intéressante en ce qu’elle est une collection non figée, une collection en train de se constituer. Les objets qu’elle rassemble ne sont pas là pour leur valeur marchande. Il serait d’ailleurs difficile de leur en donner une car si certains sont assez monumentaux comme ce vénérable appareil de projection cinématographique, d’autres ont été chinés dans des puces ou des vide-greniers, voire dans des coffres à jouets. Qu’est-ce qui préside donc à leur choix ? La question rejoint celle qui se pose pour le choix des objets technologiques contemporains à préserver. C’est sans doute pour cela que la collection est encore mouvante, que des objets en entrent tandis que d’autres en sortent.

Medien Fundus08Quel sera son devenir ? va-t-elle se transformer au fil du temps en une « véritable » collection, un ensemble d’objets qui fera consensus ? ou son sort est-il encore si étroitement lié à la chaire de théorie des médias qu’un changement de  titulaire pourrait sonner sa fin ?

 

Ce qui est passionnant dans une collection comme celle-ci d’objets presque encore ordinaires, c’est de nous poser si clairement la question de la genèse des collections. Comment tout cela a-t-il bien pu commencer ?

Medien Fundus14

Texte et photos Andrée Bergeron


Une réflexion au sujet de « Archéologie des médias : une collection « ordinaire » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *