Les archives sonores de Berlin / Das Berliner Lautarchiv

Les collections constituées au fil du temps par les universités sont très diverses. Certaines sont anciennes et intimement liées au développement de disciplines (comme les collections d’histoire naturelle, de minéraux, etc.) tandis que d’autres, de développement souvent plus récent (comme les collections d’instruments anciens), témoignent davantage de l’extension contemporaine de l’intérêt porté par les communautés savantes envers leur patrimoine. Si toutes les collections constituent des objets pertinents pour les sciences humaines, certaines d’entre elles moins étudiées car moins fréquentes ou moins institutionnalisées, peuvent offrir de bonnes prises pour enrichir la réflexion sur les articulations entre savoirs et patrimoines.

C’est le cas de celles dont Jochen Hennig, qui assure la coordination des collections de l’université Humboldt, nous avait proposé la visite en guise de préambule très concret au séminaire International perspectives in the history of science museums and exhibitions qui s’est déroulé en mai dernier à Berlin.

Nous avons ainsi débuté nos journées par la découverte des  « archives sonores » (Lautarchiv) de l’université, abritées par l’Institut de musicologie.

En entrant dans l'Institut de Musicologie
En entrant dans l’Institut de Musicologie

Cette collection d’enregistrements historiques réunit environ 7500 échantillons recueillis entre 1909 et 1944. L’ensemble le plus intéressant est sans doute celui qui rassemble les enregistrements recueillis lors de la première guerre mondiale auprès de prisonniers de toutes nationalités. Chacun d’entre eux est accompagné d’une fiche descriptive identifiant le locuteur, sa langue, le lieu de l’enregistrement. On accède ainsi à un fonds sonore constitué de musiques, chants et paroles en près de 250 langues et dialectes et émanant de locuteurs (et musiciens!) de toutes origines sociales du début du 20e siècle.

Quelques exemples sont accessibles à tous via le site de la collection (ici puis « Stimmen des Völker »).

Un exemple d’enregistrement et de fiche descriptive

Un autre ensemble est issu du recueil des prononciations et dialectes allemands réalisé dans différentes régions au cours des années 1920 (ici puis « Deutsche Mundarten »).

Plus classiquement, des enregistrements de personnalités figurent dans le fonds.
Ainsi, il est possible d’entendre sur le site des archives sonores 30 secondes d’enregistrement de la voix de Max Planck enregistrées lors d’une conférence le 7 novembre 1939 (ici, puis en bas de la page « Stimmen berühmter Persönlichkeiten »).

Ces enregistrements « sonores » sont bien sûr très matériels, que ce soit par les supports (disques, cylindres) sur lesquels ils sont gravés ou par l’ensemble des fiches qui permet de leur donner un sens, et leur conservation va de pair avec celle des appareils nécessaires à leur écoute, comme ci-dessous le phonographe Edison.

Phonographe Edison
Enregistrements sur cylindre
Ici comme ailleurs, la numérisation en cours ne résoudra que partiellement et pour un temps les problèmes très « matériels » que soulève la conservation de cet objet en apparence immatériel qu’est le son.
Texte et photos : Andrée Bergeron

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *